L'apiculture Higny à Folx-les-Caves

Publié le par Julie Pierlet

IMG_3979.jpg

C’est en 1981 que Luc Higny commence à s'intéresser à l'apiculture lors d'une conférence.

Ensuite, il a suivit des formations sur l’apiculture et des cours d’élevage de reines. Une fois bien informé, il a acheté d’autres ruches et aujourd’hui, il en a une vingtaine.

Actuellement, il vend :

- du miel de printemps et du miel d'été (qui proviennent de deux récoltes différentes : une début juin et une fin juillet ; le reste de l’année, les abeilles font leurs réserves pour l’hiver et durant cette période, on ne récolte pas le miel car il n’y a plus de fleurs mellifères c’est-à-dire des fleurs qui « porte » du miel pour les insectes butineurs) ;

- de la propolis (comme je l’ai expliqué plus haut) ;

- du Chocomiel (un peu plus particulier, car c’est son père qui a développé la recette lorsque celui-ci avait des ruches et il a donné la recette à Monsieur Higny qui a fait perdurer ce mélange de chocolat et de miel afin d’en faire une pâte onctueuse à tartiner) ;

 

IMG_4166.jpg

- du pain d’épice (un mélange de miel, farine, œufs, lait). Il a commercialisé cela à la demande de ses clients.

 

IMG 4165

Au total, 50 000 abeilles occupent les ruches cette saison, même si le temps n’est pas toujours au rendez-vous. Généralement, en hiver, elles sont entre 10 000 et 15 000 par ruche et elles produisent +/- 15 kilo de sirop de sucre. Et fin avril, elles sont au moins 45 000. Si ce nombre est si élevé, c’est parce que la reine pond à partir du mois de février (car les jours sont plus longs et donc il y a plus de lumière, ce qui favorise la ponte) un total de 1500 à 2000 œufs par jour. 

 

IMG_3987.jpg


Une petite anecdote lorsque nous passons près d’une ruche : pour repeupler une ruche, c’est-à-dire faire un essaim « artificiel », il faut mettre : un cadre de nourriture et un cadre de couvain dans une ruche pour que 3 semaines plus tard, une jeune reine soit fécondée et commence à pondre. Et c’est ainsi que la ruche recommence son cycle.

Commenter cet article