La Confrérie du boudin vert/des Mougneus d'Vète Trëpe d’Orp-Le-Petit

Publié le par Julie Pierlet

2010-d-Vete-Trepe-053.JPG

 

Pour être reconnu en tant que Confrérie, il n’y a pas de règles spécifiques, l’important est vraiment de présenter un produit historique et authentique avec le but de conserver l’identité de la région par l’entremise d’un produit gastronomique traditionnel.

Monsieur Bauwin, le fondateur de la Confrérie raconte que le mouvement des confréries est venu après la fusion des communes et que beaucoup d’endroits après cette fusion tenaient à garder leur identité. Ce qui n’était pas chose aisée. Pour se faire, à partir de ce moment là, beaucoup de confréries se sont créées afin que les patelins aient une spécialité bien à eux. Par exemple, Orp-le-Petit voulait montrer son identité par rapport à Orp-le-Grand et de ce fait, Monsieur Bauwin a eu l’idée avec un ami, Monsieur Georges Halein de créer une confrérie avec un produit qui était un peu plus spécial, quelque chose dont on n’entendait pas parlé dans les autres confréries : le boudin vert !

Ils décident d’introduire la confrérie lors de la fête annuelle d’Orp-le-Petit qui est organisé par le comité des fêtes d’Orp-le-Petit. Nous sommes alors en 1981 et la fête a lieu depuis 1974. Mais avant, il faut être sur de ce qu’ils vont introduire. Ils décident donc d’aller voir une dame qui faisait à l’époque un boudin vert très réputé : Madame Biston. Cette dernière leur donne sa recette et ils demandent aux bouchers de la commune de la tester. Le résultat est excellent. Il ne manque plus que des membres et la confrérie pourra exister. Ils décident alors d’inviter les différents comités d’Orp-le-Grand (le comité des 3x20, celui du football, du volley, etc.) pour une intronisation. Evidemment, les gens ne savent pas encore ce qui les attend. C’est alors que lorsque la fête commence, les fondateurs se mettent en place sur la scène du chapiteau et les chefs des différents comités sont appelés un par un pour être intronisé (c’est-à-dire qu’ils reçoivent un titre dans la confrérie, un diplôme, une médaille et doivent prêter serment devant les gens présents).

Il y a deux manières d’être intronisé dans une confrérie :

En recevant un titre comme lors de la fête, les différents membres l’ont reçu.

 La mise à l’honneur des personnes qui ont rendu service au village d’Orp ou à la commune.

Une fois la Confrérie formée, les membres porteront un habit appelé le Sarau (sorte de vêtement du dimanche des travailleurs de la commune dans le temps, même si l’habit de la confrérie est un peu plus long et qu’un chapeau ainsi que les rubans symboliques y sont ajoutés).


Aujourd’hui la Confrérie des Mougneus d’Vète Trëpe réunit 18 membres qui se réunissent tous les ans. Lors de cette fête aux termes moyenâgeux, plusieurs personnes sont réunies, la plupart sont aussi des confréries de Belgique mais souvent même les compatriotes français sont invités. Cette fête est appelée le Chapitre en référence aux réunions de moines durant le Moyen-Age. 

Que signifie « Cénné » ? C’est un mot wallon pour dire que « ça en est ». Autrement dit c’est du bon boudin vert. Sur la place d’Orp-le-Petit, une statue est représentée et sur son socle, le mot y est inscrit afin de bien représenter la Confrérie.

Commenter cet article